Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

barbe-bleue.jpg

Barbe-Bleue

Amélie Nothomb

 

 

En résumé...

 

    400 euros pour une superbe chambre avec salel de bain individuelle, en plein coeur de Paris. Arnaque? en tout cas, Saturnine a besoin à tout prix d'un logement. Mais dès le "casting" pour obtenir la chambre, tout semble louche. Pourtant Saturnine obtient la chambre. Lors des premiers jours, elle s'obstine et commence à converser avec son généreux locataire. Mais jusqu'où est-il si bizarre? Pourquoi à ses yeux la colotaire est l'épouse parfaite? 

 

 

En Bref...

 

    Conte bien revisité et bien réadapté au XXIe. Cela donne même envie de relire le conte de notre cher Perrault! Mais un peu trop de dialogues à mon goût. Idée aussi peut-être (?) qu'une Belge penserait différemment d'une Française (et serait moins stupide fasse à un psychopathe) assez énervante, même si on conçoit qu'une culture différente influence les comportements. ( souci d'Amélie Nothomb du cas particulier élevé en généralité qui me dérange un peu... surtout que d'accord, deux cultures même proches sont différentes mais peut-être pas au point de tomber dans ce piège qui est si gros...) . On retrouve des personnages simples dans leur présentation, un cadre de narration épuré, comme dans le contre traditionnel. Néanmoins, petite modernieté dans ce conte reivisté: la femme a un autre statut (dans le sens où c'est une colocataire mais aussi une femme qui travaille donc qui a des liens avec l'extérieur autres que la famille!)

 

 Beaucoup de choses sont évoquées: religion, art, connaissances en vin, un travail sur la couleur aussi, mais je trouve que tout est trop survolé  (hormis le vin qui prend une grande place pour meubler les trous de conversation) ce qui donne une superbe impression d'ensemble mais morceau par morceau c'est assez pauvre. Dans les thèmes évoqués, je n'irai pas lire les versets de la Bible cités pour dire de méditer dessus et vérifier si cela peut vraiment être interprêté suivant le sens du texte (par exemple) donc je regrette que ce ne soit pas fait un peu plus par les personnages. A contrario, le travail sur la couleur peut sembler stéréotypé avec l'arc-en-ciel, une couleur pour un personnage mais c'est aussi une partie de la trame narrative du conte et cela est bien utilisé si l'on se réfère aux trames des contes anciens (un but simple qui dirige toute l'histoire).

 

Le fait que tout soit dans du dialogue empêche de dépasser le stade "confiture" de la culture pour apporter une profondeur. Et dommage car ce qui me plaît c'est lorsque ce n'est pas trop survolé. Surtout que c'est tout de même toute la psychologie des deux personnages qui est débalée par ces évocations culturelles! Bref, mon grand regret c'est cette forme des dialogues qui emprisonne tout et expédie tout également.

 

 

 

En plus...

Lu en 2h (peut-être un peu moins). Bonne lecture détente. Cela fait réfléchir sur l'apparence et le fond réel des personnes mais je reste vraiment sur une très grande faim  :)  C'est un peu ce l'effet Nothomb sur moi. Le style ou la rapidité de traitement de l'oeuvre me laisse un peu dépitée.

Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0