Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Procès

de Franz Kafka

 

 En résumé...

Un beau matin, Joseph K apprend qu'il est accusé. De quoi, par qui? Personne ne le sait et surtout pas lui-même. Car le système judiciaire de la société où K vit est assez particulier, il s'agit de se défendre sans connaître les raisons de l'accusation, l'accusateur, et les pièces à conviction. Et si certains hommes comme les avocats en font leur métier, rien n'est moins sûr qu'ils puissent aider l'accusé. Et peut-on espérer un "acquittement réel" pour Joseph K? Car en effet, il paraît que l'acquittement réel ne serait qu'une légende des très lointains avocats....

 

barre-separation-celtique

En épuré...

La corruption des fonctionnaires, les jeux de séduction des avocats, la séduction féminine (et faiblesse féminine).

Heureusement que ce système judiciaire n'existe pas. Quoique, est-il vraiment si fictif??

 

Tout semble irréel, que ce soit le déroulement, la chronologie peu marquée mais aussi la géographie de la ville. On revient dans un grenier d'archives du tribunal, on monte d'un côté on redescend de l'autre, on est dans un tribunal qui se transforme en habitation, etc. Les limites des lieux sont assez floues mais sont bien résumées par les paroles d'un personnage qui affirme que la Justice est partout, que ce soit dans les personnes ou dans les lieux.

 

D'ailleurs on apprend que des personnages n'ayant en apparence aucun lien avec la justice travaillent pour elle ou sont aussi accusés.

 

Une pensée amusante m'était venue en lisant ce livre: seule la lecture de l'histoire avance, mais l'histoire en elle-même ne fait que s'obscursir et se ralentir (s'auto-ralentir  par les mécanismes du tribunal entre petits et grands fonctionnaires).

 

Chose qui m'a surprise (mais je pense que c'est on ignorance qui fait que j'ai été d'autant plus surprise), j'ia constaté que c'était une oeuvre en partie innachevée dans ce sens ou certes, il y a bien un début, un milieu une fin, mais que l'auteur travaillait encore son manuscrit (je savais pourtant que Kafka voulait que tout soir brûlé mais je pensais ses oeuvres achevées). Aussi la version que j'ai lue proposait en annotation les passages supprimés par l'auteur et à la fin des passages en ébauche.

 

 barre-separation-celtique

En bref...

Lu pour le plaisir car j'avais adoré la Métamorphose du même auteur. Dommage que je ne connaisse que des mots de base en allemand et que je ne sache même pas lire un texte pour enfant car j'aurais vraiment aimé lire en V.O. cet auteur :)

 

Format epub.

Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0