Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pourpre.jpg

La Rose Pourpre et le Lys

de Faber

(tome1/2)

 

 

En Résumé...

 

    William Rackam est assez oisif et ne voit aucun intérêt à reprendre l'empire des parfumeries Rackam. Pourtant son père aimerait qu'il le fasse depuis plus d'une année. Le père a donc mis des moyens draconniens pour tenter de convaincre son fils(train de vie du fils assez réduit, ce qui rend un peu plus malade son épouse Agnès, fragile de santé physique et mentale.) C'est alors que William découvre Sugar, une prostituée différente des autres par sa peau, sa culture mais aussi par sa manière d'être avec les hommes. Pour cette femme qui le fait rêver, qui lui offre une compagnie pour discuter, pour faire l'amour, William Rackam sera prêt à tout, mais il lui faut de l'argent. Seul l'empire paternel lui offre cet argent nécessaire à son amour pour Sugar.

 

En Bref...

 

    Texte très bien écrit avec un vocabulaire adapté aux objets, à l'époque. Le lecteur est mené par le bout du nez par le narrateur à travers les rues et les quartiers de Londres (surtout au début, puis vers la moitié cela s'estompe pour ne plus qu'être des remarques du narrateur sur les personnages, à l'intention du lecteur).Ce lien entre le lecteur et le narrateur fait qu'on entre directement dans l'histoire sans réellement savoir où cela va nous mener (sauf si l'on a lu le résumé...). 

 

     Le parallèle entre deux prostituées est bien trouvé pour amener le lecteur à s'intéresser à Sugar. Il met en avant l'origine de Sugar (même si cela reste tout de même très mystérieux) avec ses qualités d'écoute, d'attention, de maîtrise de ses pensées vis à vis des hommes qu'elle reçoit.... D'un autre côté, on constate une certaine stupidité masculine qui est mise en lumière avec William et ses deux amis (frivolité,  ignorance de l'enfant légitime car n'est pas un mâle, plaisir de rester un éternel étudiant, le paraître avant toute chose et l'idée de puissance virile sur une prostituée).

 

     Et comme toujours je signale l'intérêt que l'auteur porte à décrire les toilettes des dames et des gentleman et auquel je suis sensible depuis mes lectures de Flaubert (couleurs, matière, fait de reporter le même vêtement,...).

 

 

En plus...

     Je trouve le principe de la couverture double (le 1 et le 2 assemblés) pour former une peinture, très bien trouvé (je sais, ce n'est pas nouveau, même Stephen King a utilisé le même principe pour Dôme) Donc c'est avec impatience que j'attends novembre pour m'acheter le tome 2! 

Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0