Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Mer de Yoko Ogawa

 

 

Je tiens avant tout à vous raconter la découverte de ce livre. Je fouinais dans les étagères de Gibert Jeune depuis une heure environ lorsque n'ayant pas trouvé de Ivring j'ai continué l'alphabet jusque Pennac. Là je trouvai une édition Gallimard encore en Francs de Pennac sur le Roman. C'était tentant! Mais il me fallait d'autres livres pour comparer, peser, etc. Je suis donc revenue en arrière. Et là, Yoko Ogawa, je ne connaissais pas et il y avait 3 livres de cet auteur dont La Mer.

 

En voici la couverture....

 

 

 Mer-Ogawa

 

    Cette présentation m'a littéralement charmée, intriguée aussi par son côté décalé, imaginaire. J'avais donc dans les mains deux ouvrages qui m'intéressaient. Le premier parce que je le connaissais de par son auteur et son sujet, le deuxième par je ne sais quelle attraction (couverture, titre, édition, exotisme??? Tout?). Après moult réflexions, je reposai Pennac (désolée Minidou, pas assez de monnaie en poche pour tout prendre) et devenai l'heureuse propriétaire de La Mer de Ogawa.

 

 

En Résumé....

Petit recueil de nouvelles japonnaises traduites en français. L'histoire d'une visite guidée et la rencontre innatendue entre un petit garçon et un vieil homme, la narration d'une dactylo et sa découverte du gardien de l'entrepôt des caractères des machines à écrire, des souvenirs de tricot d'une grand-mère ou de pastilles que donnait le chauffeur de bus, ou encore l'imagination d'un instrument de musique unique au monde... Toutes ces choses aussi impossibles, aussi futiles se retrouvent rassemblées ici.

 

   

Les impressions....

Pas moyen de décoller du livre (sauf pour manger, cas de force majeure!). Certaines nouvelles sont comme une courbe tracée sur le rouleau des Destins mais dont le sujet se décrocherait de la courbe pour suivre sa propre idée. Ainsi on part de fiancailles pour arriver au désir de découvrir un instrument de musique. J'ai également adoré le côté un peu absurde de certaines situations qui poussent aux rencontres, à l'écoute. Les souvenirs évoqués sont aussi très touchants: courts en terme de pages, ils sont efficaces par je ne sait trop quels moyens. Le fait que la grand-mère peut faire référence à de nombreuses grandmère peut-être ou parce qu'on a rêvé d'avoir une telle grand-mère.

 

 

 

Ce livre se lit rapidement, se déguste.

Plus qu'un livre poétique je dirai féérique par son attraction inexplicable sur moi...

 

Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0