Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De Kavita Daswani

De Kavita Daswani

MARIAGE A L'INDIENNE

En Résumé...

Née et élevée à Bombay, devenue journaliste de mode à New York soit disant le temps de se poser et réfléchir à son karma peu enclin à lui désigner le mari idéal, Anju est une Indienne écartelée entre son envie de vivre à l'américaine, célibataire et libre, et son désir de rester fidèle à ses racines indiennes (donc se marier jeune et belle) pour ne pas décevoir et jeter la honte sur sa famille. Avec humour, Anju la narratrice, nous raconte comment elle en est arrivée à être toujours célibataire à 33 ans, malgré une chasse à l'homme (à marier) menée par ses parents depuis ses 20 ans, sa famille et même ses amies new-yorkaises.

En Avis...

On finit par espérer que cette jeune femme de famille riche et conservatrice trouve le mari de ses rêves! Par moment même nous espérons que cela ne tournera pas au mariage arrangé/forcé. Tous les coups sont permis pour dénicher ce mari (les rencontres arrangées, les mariages des autres, les rumeurs de la venue en ville d'un indien vivant à l'étranger, les réseaux sociaux sur internet).

D'être dans un récit à la première personne rend l'histoire plus touchante. Même si certains éléments montrent que l'histoire commence à dater, cela reste en adéquation avec l'image qu'on se fait d'une indienne et d'une new-yorkaise.

L'auteur elle-même indienne comme sa narratrice donne de magnifiques descriptions des mariages en Inde avec les cérémonies, les préparatifs, les tenues, les bijoux, les respects entre les deux familles. Elle nous promène également sur un marché indien, montrant ainsi l'opulence des matières.

En gourmande que je suis j'ai aussi salivé à l'évocation de tous ces mets dégustés par la narratrice et sa famille, que ce soit les petits encas sur le pouce ou les mets plus raffinés lors d'un mariage.

De nombreux mots et expressions indous sont retranscrits en italique et bien souvent la traduction est donnée en note ou dans le dialogue. Quand cela n'est pas fait, l'utilisation de ces mots coule de source (saluer quelqu'un, interpeler un membre de la famille, s'exclamer, etc.).

Seul regret réel: être cantonné à la caste des riches et ne pas réellement savoir comment cela fonctionne dans les castes inférieures.

En Bref...

Un peu long par moment (on en désespère autant qu'Anju) mais très riche en descriptions sur les tenues, la culture indienne. Je rêve juste de pouvoir moi aussi assister à l'un de ces mariages!

Cet ouvrage entre dans le challenge "Le Printemps des Défis".

Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0