Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE MONDE DU BOUT DU MONDE

De Luis Sepulveda

En Résumé...

Après avoir lu Moby Dick au point d'en connaître le récit par coeur, un jeune chilien de 16 ans obtient l'autorisation de ses parents, grâce à l'appui d'un Oncle, pour se rendre dans le sud du pays découvrir les baleines. Accueilli sur un baleinier, il va vivre son rêve. Devenu journaliste à Hambourg plus de vingt ans après, ce chilien expatrié va renouer avec son enfance par l'histoire tragique d'un baleinier industriel japonais ravageant les fonds marins en Terre de Feu de façon tout à fait illégale. En menant son enquête pour Greenpeace, cet homme va retrouver la mer, les marins et les baleines qui le fascinent tant.

 

En Avis...

Si vous aimez voyager, si vous aimez la mer, si vous aimez la rigueur des cartes marines et la beauté de la nature tout en découvrant les mythes des pirates et Indiens disparus sur fond de détresse écologique, lancez-vous dans ce petit ouvrage.

Luis Sepulveda nous fait traverser une partie de son pays et naviguer entre les îles en Terre de Feu. En partant à la rencontre des bans de baleines des mers australes, ce sont des êtres taciturnes et sensibles que nous rencontrons et qui nous révèlent doucement le passé de leurs ancêtres.

Lu en Français, la traduction n'arrive pas à rendre les diminutifs de la langue espagnole qui ont une saveur de langage si particulière. Cela se sent dans le dialogue avec le capitaine du baleinier, même si le traducteur s'est appliqué à vouloir retranscrire dans les expressions ces diminutifs.

On apprend beaucoup de choses sur les baleines, sur leur chasse, leur survie face à la surpêche violente des pays riches mais aussi on découvre Greenpeace dans les années 80-90. Ce petit ouvrage nous fait rêver, nous rend nostalgique, nous fait crier intérieurement contre des pratiques barbares.

Cela faisait longtemps qu'un si petit ouvrage ne m'avait pas émue à ce point. Magnifique.

 

En extrait...

"Bien couvert, je montai sur le pont. Le capricieux hiver austral m'offrait une nuit incomparable. Les milliers d'étoiles paraissaient à portée de main et la vision de la Croix du Sud indiquant les confins polaires me remplit d'une émotion dont la force et la conviction m'étaient inconnues. Je sentais enfin que j'étais, moi aussi, de quelque part. Je sentais enfin un appel plus impérieux que l'invitation de la tribu, celle que l'on entend ou que l'on croit entendre, ou que l'on s'invente comme un palliatif à la solitude. Sur cette mer sereine mais jamais calmée, sur cette bête silencieuse qui bandait ses muscles en se préparant pour l'étreinte polaire, sous les milliers d'étoiles témoins de l'éphémère et fragile existence humaine, je sus enfin que j'étais de là et que, quoi que je fasse, je porterais toujours en moi les éléments de cette paix terrible et violente, annonciatrice de tous les miracles et de toutes les catastrophes."

 

En Bref...

Découvert par hasard en rangeant quelques livres, ce petit ouvrage qui avait déjà vécu m'a charmée par son titre puis par son résumé, son épaisseur mais aussi le nom de l'auteur qui sonnait hispanique.

Luis Sepulveda est un auteur Chilien. De ce fait, ce petit ouvrage exquis entre dans mon challenge Le Printemps des Défis.

Tag(s) : #Chroniques

Partager cet article

Repost 0